Travaux-déco.com

Des projets
de travaux ?

Vite, des devis sur mesure pour comparer !

En une seule demande, 5 devis d'artisans :

  • qualifiés et notés
  • disponibles et proches de chez vous

Dossier

Carrelage

Imprimer ce dossier

Depuis longtemps déjà, les carrelages ont le vent en poupe. Très pratiques, ils sont faciles à entretenir, ne causent aucune allergie (contrairement aux moquettes et aux tapis) et donnent du caractère aux pièces qu’ils habillent. Aujourd’hui, ils se déclinent en une multitude de couleurs, de tailles, de variétés… et sont de qualités différentes en fonction de leur utilisation. Attention donc à bien les choisir !

1 - Les différents styles de carreaux

S’il en existe de toutes les couleurs et de toutes les tailles ou presque, on distingue habituellement deux catégories de carreaux : les grès et les terres cuites.

Les grès

Faits à partir de terre et cuits ensuite, ces carreaux résistent parfaitement aux dégradations en tout genre (temps, substances abrasives…) et sont donc parfaitement adaptés aux pièces à fort passage (entrée, séjour…). Pour le carrelage, le grès peut être étiré (aspect rustique), pressé (dur et résistant) ou émaillé (plus fragile mais très esthétique).

Les terres cuites

Élaborées à base d’argile, pour des raisons de résistances, elles sont généralement plus épaisses que les carreaux en grès. Mais cet aspect rustique ne les empêche pas d’être sensibles aux tâches en tout genre (eau, graisses…). Elles sont donc peu recommandées pour les pièces à fort passage. Par contre, pour les préserver, elles peuvent être huilées, puis cirées à l’aide d’une cire spéciale (une opération assez fastidieuse qui sera à renouveler régulièrement) ou traitées à la résine. Les résines présentent le double avantage de protéger la terre cuite tout en la laissant respirer. Après séchage (comptez 2 jours) elles peuvent être entretenues en passant une serpillière trempée dans un produit à pH neutre.

Aux côtés de ces terres cuites « traditionnelles », on retrouve les tomettes, qui sont de petits carreaux de couleur rouge-orangé, utilisés pour donner un style rustique à une pièce.

À noter :

Relativement proche des carreaux, le marbre est un matériau de plus en plus utilisé pour les sols, comme pour les murs (voir le dossier « salles de bains » et le dossier « cuisine »). Il est robuste et se pose en dalles. Seul inconvénient, il reste cher !

2 - Le carrelage idéal

Grès ou terres cuites, ici, tout est question de goût et de l’utilisation que l’on veut en faire. Le carrelage présente en effet l’intérêt de pouvoir se poser aussi bien sur les murs, que sur les sols ! Reste à poser le bon au bon endroit. Sachez donc que les produits bas de gamme résistent souvent assez mal aux épreuves du temps et que les carreaux, une fois posés, sont difficiles à changer.

Pour une utilisation au sol, vous devez donc choisir des carreaux relativement résistants. Notez également qu’il existe maintenant des carreaux antidérapants, très précieux pour ne pas glisser dans sa salle de bains, en sortant de sa douche !

Concernant les grès, il existe un classement UPEC* qui détermine leur degré de résistance. Plus les indices (de 1 à 4) correspondant à chacune des lettres du mot UPEC sont élevés, plus la résistance est bonne. Ces indices sont généralement indiqués directement sur les boîtes de carreaux. Pensez donc à vous y référer ! Attention, cette classification n’existe pas pour les terres cuites !

Dans le cas où vous décidez de poser du carrelage à l’extérieur, choisissez des carreaux qui résistent à l’humidité, bien sûr, mais aussi au gel.

*UPEC : U = Usure, P = Poinçonnement, E = résistance à l’Eau, C = résistance aux produits Chimiques.

3 - La pose du carrelage

Les carreaux, qu’ils soient en terre cuite ou en grès peuvent se poser au sol, sur les murs, ou encore au plafond et sur n’importe quel support, à condition que celui-ci soit plan, sec, stable et propre. Voici quelques éléments pour vous aider dans la pose de votre carrelage.

A - Les outils

Le mortier colle
Aujourd’hui, les professionnels, comme les particuliers, utilisent des colles spécifiques (mortiers colle) pour les murs et pour les sols. Pensez donc à choisir la bonne colle en fonction de l’utilisation que vous voulez faire de vos carreaux.
Le couteau
Pour étaler la colle sur la surface à recouvrir, on utilise un couteau à enduire dentelé. Notez que plus les carreaux à poser sont gros, plus les dentures doivent être larges !
La règle de maçon
Elle sert à lisser votre enduit, ainsi qu’à tracer vos traits de découpe sur vos carreaux.
Le niveau
Grâce à lui, vous allez pouvoir vérifier que votre surface est plane et éviter ainsi les dénivelés disgracieux et dangereux pour la bonne tenue de votre carrelage.
La raclette en caoutchouc
Indispensable pour lisser les joints sans rayer les carreaux.
La carrelette
Attention ! La pose du carrelage ne consiste pas seulement à coller des carreaux. Il faut savoir les découper afin d’ajuster le carrelage aux dimensions de vos pièces. Il existe pour cela des machines appelées « carrelettes ». Leur utilisation ne s’improvise pas et « coûte » de nombreux carreaux cassés aux débutants ! Faire appel à un professionnel peut donc s’avérer précieux.
L’auge
Vous versez dedans votre mortier colle et/ou votre préparation pour vos joints.
La truelle
Pour mélanger vos préparations.

B - La préparation

Première chose à faire, vous assurez que la surface à recouvrir est propre, sèche et plane. Dans le cas contraire, veillez à la nettoyer et éventuellement à y passer une couche de ciment (pour un sol bien abîmé), ou un enduit (de rebouchage ou de finition pour de plus petites imperfections). Pensez à bien laisser sécher avant de poser votre carrelage !

C - La pose

En fonction de la dimension et de la forme des carreaux, il existe plusieurs types de poses possibles.

La pose droite ou alignée
pose droite ou alignée
La pose en diagonale
pose en diagonale
La pose hexagonale
pose hexagonale
La pose en décalé
pose en décalé
La pose alternée
pose alternée
La pose en chevron
pose en chevron
La pose pan coupé
pose pan coupé

D - Le collage

Appliquez la colle à l’aide de votre couteau dentelé, puis posez les carreaux. Pensez à laisser un espace entre les carreaux (de 1mm à 10 mm en général) pour les joints ! Pour cela, on utilise des allumettes ou des croisillons spéciaux en plastique que l’on trouve dans les magasins de bricolage. Dans le cas où vous n’avez plus de carreaux, ou si vous arrêtez votre chantier pour le continuer plus tard, retirez la colle qui reste sur la surface à recouvrir car elle sèche et est très difficile à enlever ensuite !

E - La découpe

À l’aide de votre carrelette, découpez les carreaux aux dimensions que vous avez calculées, pour couvrir toute la surface. Pour des raisons évidentes d’esthétisme, il est préférable de positionner les carreaux coupés là où il se voient le moins ; contre un mur par exemple, surtout si vous y ajoutez une plinthe !

F - Le jointage

Après séchage, il faut s’attaquer aux joints pour boucher l’espace existant entre les carreaux. Là aussi, des produits spéciaux existent : ce sont des enduits pour joints qui se présentent sous forme de poudre que l’on dilue dans l’eau. Appliquez généreusement cet enduit sur toute la surface de votre carrelage à l’aide de votre raclette en caoutchouc. La préparation s’insère en effet dans l’espace laissé pour les joints et vous n’avez ensuite (lorsque les joints commencent à durcir) qu’à retirer le surplus à l’aide d’une éponge humide. 48 heures plus tard, vous pouvez nettoyer votre sol avec un produit d’entretien.

Notez que les joints peuvent être de couleur si vous le souhaitez ; il vous suffit, dans la plupart des cas, d’ajouter un colorant spécial à votre préparation pour joints.

4 - Les prix

Ils varient bien sûr en fonction du choix des carreaux, de la surface et de la pose (effectuée par un professionnel ou par vous-même).

À titre indicatif :

  • Comptez autour de 4 € du m2 pour des carreaux simples, en grès et premier prix,
  • 20 € du m2 environ pour des carreaux de meilleure qualité et plus « travaillés »,
  • et jusqu’à plus de 100 € du m2 pour des terres cuites.

Pour ce qui est de la colle et des joints, comptez :

  • entre 15 et 30 € pour un sac de colle de 25 kg
  • entre 5 et 10 € les 3 kg d’enduit pour joints

Attention, tous ces prix vous sont donnés à titre indicatif.

  Date de mise à jour du dossier le 02/11/2006.

Imprimer ce dossier | Haut de page.