Travaux-déco.com

Des projets
de travaux ?

Vite, des devis sur mesure pour comparer !

En une seule demande, 5 devis d'artisans :

  • qualifiés et notés
  • disponibles et proches de chez vous

Dossier

Cheminée

Imprimer ce dossier

Qu’elle soit classique ou moderne, ouverte ou fermée, au bois ou au gaz, la cheminée est de nouveau au goût du jour. En hiver, par sa chaleur et le bien-être qu’elle procure, elle devient vite le cœur d’une habitation. Lors de son installation, mieux vaut alors bien réfléchir à son esthétique et à l’utilisation que l’on veut en faire ! Travaux-Déco.com vous aide à y voir plus clair…

1 - Les différents styles de cheminées

On dénombre quatre grands styles de cheminées aujourd’hui : rustique, classique, moderne et sur-mesure. Que vous fassiez appel à un artisan, un fabricant ou que vous préfériez la récupération, il existe forcément la cheminée faite pour votre intérieur.

Les cheminées rustiques

On les retrouve principalement dans les intérieurs rustiques. Adossées à un mur, elles sont surmontées d’une grosse poutre en bois qui met en valeur leur foyer et donne du cachet à l’ensemble. La plupart du temps en matériaux de la région d’origine de la maison (pierres blanches taillées, briques…), ces cheminées comportent une hotte relativement imposante.

Les cheminées classiques

De style Louis-Philippe, Régence, Empire… ces cheminées font la part belle aux ornements et aux décorations : moulures, blasons, colonnes… plus on avance dans le temps, plus leur foyer se réduit et plus elles gagnent en sobriété.

Les cheminées modernes

Caractérisées par leurs formes pures, elles s’adaptent parfaitement aux intérieurs contemporains. Couleurs et formes originales (foyers suspendus, ronds…), aspect minimaliste, depuis une vingtaine d’années, on en trouve de plus en plus. Hottes, foyers, aujourd’hui, la grande tendance est au rectangulaire, avec un âtre le plus grand possible et qui court le long d’un mur.

Les cheminées sur-mesure

Inspirés par les cheminées contemporaines, de nombreux particuliers décident de faire appel à leurs talents ou à ceux d’un architecte pour dessiner les plans de leur cheminée. Pièce unique, celle-ci est ensuite réalisée et posée par un artisan et se fond parfaitement dans son intérieur. Évidemment, cette solution a un coût plus élevé…

2 – La cheminée idéale

Quel que soit le style de votre cheminée, celle-ci doit ne doit pas s’imposer mais s’intégrer à votre intérieur ! En effet, difficile d’imaginer une cheminée monumentale provenant d’un ancien château, installée dans une pièce de 12 m2. Lorsque vous avez choisi le modèle qui vous convient le mieux, vous devez choisir le type de foyer (ouvert ou fermé), le combustible (gaz ou bois), l’utilisation que vous souhaitez en faire, sans oublier son conduit.

Le foyer de votre cheminée

Deux solutions s’offrent à vous : le foyer ouvert ou le foyer fermé. Les avantages ne sont pas les mêmes.

Les foyers ouverts :

Ils équipent la plupart des cheminées « anciennes » et permettent aux utilisateurs de profiter pleinement des « joies » du feu de cheminée : odeurs, bruits, chaleur directe… Idéal pour profiter occasionnellement d’un bon feu, le foyer ouvert atteint vite ses limites lorsque l’on souhaite faire de sa cheminée un véritable système de chauffage (principal ou complémentaire) de son habitation. En effet, non seulement le foyer ouvert consomme plus de bois qu’un foyer fermé, mais en plus, son rendement de chaleur est moindre. Sur ce dernier point, sachez que si vous souhaitez augmenter ce rendement, il existe des plaques en fontes que l’on place au fond des foyers. Celles-ci, au contact des flammes, emmagasinent la chaleur pour la restituer ensuite.

Les foyers fermés :

Les cheminées à foyer fermé sont celles munies d’une porte (le plus souvent en verre), qui peut s’ouvrir et se fermer. Pratiques et sûrs, la porte empêche tous risques de projection de braise ou de flammes. Ces foyers permettent également d’obtenir un important rendement de chaleur (+30% environ par rapport à un foyer ouvert !), pour une consommation de bois 5 à 6 fois moins élevée ! Une solution qui peut donc vous faire réaliser d’importantes économies de chauffage.

Zoom sur les inserts

Si vous disposez d’une cheminée avec un foyer ouvert, sachez qu’il existe des inserts (sortes de poêles à bois en fonte ou en acier) qui s’adaptent à la plupart des structures des cheminées existantes. Vous conservez alors votre cheminée d’origine tout en profitant des performances et de la sécurité d’un foyer fermé !

Le fonctionnement d’un insert est simple : l’air frais de la pièce est aspiré par des bouches situées en bas de l’insert, réchauffé dans un caisson situé à l’intérieur et chauffé par les flammes, puis rejeté dans la pièce par des bouches installées habituellement en haut de la hotte. Comme pour un foyer fermé, une porte qui s’ouvre et se ferme permet le chargement du bois et évite aux brindilles de sauter sur le sol.

Cheminée au gaz ou cheminée au bois ?

Aux côtés des traditionnelles cheminées à bois, il en existe d’autres fonctionnant au gaz. Ces dernières s’avèrent être une parfaite alternative pour les personnes qui veulent profiter des avantages d’un feu de cheminée (spectacle, chaleur, allumage d’une simple pression sur un bouton…), sans en avoir les inconvénients (corvée de bois, fumée, refoulement…). Aujourd’hui, ces cheminées sont parfaitement au point : les flammes qu’elles dégagent sont dorées, comme celles d’un feu de bois (alors que le gaz dégage habituellement une flamme bleue) et font rougir des bûches en céramique qui créent parfaitement l’illusion. Pratiques (inutile de faire ramoner le conduit) et sûres, les cheminées au gaz sont aussi de véritables appareils de chauffage, munis de thermostats réglables.

Les conduits de cheminée

Qu’elle soit au gaz ou au bois, une cheminée ne peut fonctionner sans un conduit de fumées adéquat ! Chargés d’évacuer les gaz nocifs de combustion, ils sont différents selon le combustible utilisé (bois, gaz ou charbon pour les poêles) et la taille de la cheminée. En effet, pour calculer le bon diamètre du conduit, il est nécessaire de connaître la taille (Largeur x Hauteur) de l’ouverture de l’âtre, ou son volume (L x H x Profondeur) pour une cheminée à foyer ouvert ou la puissance de l’insert ou de la cheminée à foyer fermé.
Un conduit trop petit par rapport à son foyer peut entraîner un mauvais tirage et un refoulement ! Notez également qu’en général, on ne rattache pas une autre cheminée au conduit de votre cheminée principale. Pour toutes ces raisons, mieux vaut donc vous adresser à un professionnel : artisan cheministe, maçon, cheministe-fumiste…

La cheminée comme moyen de chauffage

Nous l’avons vu, si vous choisissez de vous équiper d’une cheminée pour vous en servir comme moyen de chauffage, préférez les cheminées à foyer fermé, les inserts ou les cheminées au gaz. Dans tous les cas (y compris pour les foyers ouverts), vous pouvez équiper votre cheminée d’un système de récupération de la chaleur. Placé le plus souvent dans le grenier, le récupérateur de chaleur distribue l’air chaud dans les autres pièces de la maison. Attention toutefois aux désagréments : coûts à l’installation, chaleur parfois excessive…Une solution à privilégier pour chauffer occasionnellement une grande résidence secondaire, mais qui peut s’avérer inadaptée pour une utilisation au quotidien dans une résidence principale.

Zoom sur les poêles

Considérés comme des chauffages d’appoint, les poêles produisent de la chaleur par combustion, accumulation, puis restitution. Sa puissance dépend de la taille de la surface à chauffer. Pour une pièce de moins de 100 m2, choisissez par exemple un poêle de 7 kW.

Les poêles peuvent fonctionner au bois, au gaz, au fuel (attention à l’odeur !) ou au charbon (peu répandu de nos jours à cause des nombreux désagréments). Il existe également des poêles fonctionnant au pétrole et qui, à la différence des autres, s’utilisent sans conduit de fumée.

Pour ces appareils, pensez à les placer dans des endroits sûrs, loin de tous matériaux inflammables (produits mais aussi murs en bois par exemple ou meubles…) et hors de portée des enfants !

3 – Quelques règles de sécurité

Le ramonage

Lorsque l’on utilise une cheminée, il est impératif de faire ramoner son conduit régulièrement par un professionnel (une à deux fois par an selon la fréquence d’utilisation ) ! Celui-ci vous remettra alors un certificat de ramonage qui attestera de la propreté de votre conduit. Sachez également qu’un tel certificat est très souvent demandé par les compagnies d’assurances. Enfin, un conduit bien ramoné, c’est :

  • De la pollution en moins dans l’atmosphère
  • Des intoxications et des risques d’incendies évités
  • Des économies d’énergie

Les détecteurs

Aujourd’hui, pour prévenir les accidents liés au feu, il existe de petits appareils efficaces et peu onéreux : les détecteurs ! Il sont de trois types : les détecteurs de fumée, de chaleur et de flammes.

Un conseil, préférez les détecteurs de fumée ! Eux seuls agissent au tout début, avant que l’incendie ne prenne et/ou que les fumées ne deviennent trop nocives pour l’homme ; une alarme se déclenche alors et prévient les occupants qu’un feu est en train de prendre.
Quel que soit le modèle choisi, il doit être certifié NF. Enfin, pour une sécurité optimale et pour un confort d’utilisation (risques de déclenchement intempestifs…), mieux vaut les faire placer par des professionnels.

Les extincteurs

Pour plus de sécurité, pensez à équiper votre habitation d’un ou plusieurs extincteurs. Il en existe de plusieurs sortes. Pour les feux de cheminée (bois, papier, carton…) et électrique, préférez les extincteurs à eau pressurisée !

4 – Les prix

Selon que vous faites installer une cheminée complète (foyer, hotte, conduit…) ou non, les prix ne seront pas les mêmes ! Sachez qu’en général, on compte autour de 5 000 euros pour la création et l’installation d’une cheminée. Bien sûr, ce prix moyen varie en fonction de la taille et du type de cheminée retenue. Par exemple :

  • Pour un insert, comptez entre 700 et 1 500 €
  • Pour une cheminée rustique, les prix tournent autour des 2 000 €
  • Pour une cheminée classique d’époque, prévoyez dans les 4 à 5 000 €
  • Pour une cheminée moderne, entre 2 et 3 000 €
  • Pour une cheminée sur-mesure, 3 000 € environ

Attention, tous ces prix vous sont donnés à titre indicatif.

Imprimer ce dossier | Haut de page.

fermer