Travaux-déco.com

Des projets
de travaux ?

Vite, des devis sur mesure pour comparer !

En une seule demande, 5 devis d'artisans :

  • qualifiés et notés
  • disponibles et proches de chez vous

Dossier

La véranda

Imprimer ce dossier

Vous voulez plus de lumière dans votre intérieur, profiter d’une pièce en plus, donner un cachet supplémentaire à votre habitation ? Et si vous faisiez construire une véranda ! Mais attention, véritable passerelle entre l’intérieur et l’extérieur de votre habitation, la véranda doit être un projet mûrement réfléchi. Style, matériaux, usage, formalités… autant de questions à vous poser avant d’entreprendre vos travaux.

1 - Les différents styles de vérandas

Aujourd’hui, on peut les classer en cinq catégories : les vérandas en PVC, celles en aluminium, celles en bois, les mixtes (c’est-à-dire en bois et en aluminium) et celles en fer forgé. Lorsque l’on parle de ces matériaux pour les vérandas, il s’agit bien sûr de leurs profilés, c’est-à-dire des pièces qui constituent les châssis des vérandas, le reste étant en verre.

Les vérandas en PVC :

Particulièrement bon marché, très facile d’entretien, une véranda en PVC permet également, grâce à ses vitrages isolants, de réaliser de sérieuses économies d’énergie. Autre intérêt, l’utilisation du PVC permet une grande diversité de structures et de nombreux styles d’ouverture : portes, portes coulissantes, fenêtres, portes-fenêtres… Quelques inconvénients : le manque de coloris (le PVC est une matière très difficile à peindre) et une limitation des dimensions de la véranda (le PVC supporte facilement les petites structures mais n’est pas assez résistant pour les grandes vérandas).

Les vérandas en aluminium :

L’aluminium est le matériau le plus utilisé pour la construction de vérandas. Principaux atouts : il ne nécessite pas d’entretien particulier et bénéficie d’une bonne résistance mécanique. Par contre, à la différence du fer forgé et du bois, il n’est pas toujours esthétique et ne se marie pas avec tous les environnements. Sachez aussi que l’aluminium est un conducteur thermique ! Il transmettra le froid en hiver et le chaud en été. Voilà pourquoi, aujourd’hui, de nombreuses entreprises proposent l’utilisation de profilés à rupture de pont thermique pour garantir une bonne isolation. Enfin, leur prix est de 20 à 40 % plus cher que des vérandas en PVC.

Les vérandas en bois :

Malgré de nombreux atouts (esthétisme, isolation thermique et acoustique), elles représentent, de par leur coût élevé, une faible part du marché. Pourtant, la véranda en bois donne une vraie personnalité au projet et s’adapte parfaitement à toutes les constructions traditionnelles. Du fait de leur solidité et de leur bonne résistance, elles sont particulièrement adaptées lorsqu’elles doivent supporter une partie du toit de votre habitation (on parle alors du profil porteur d’une véranda). Reste à choisir la bonne essence de bois. Évitez les bois ayant tendance à se fendre, comme le sapin ou le chêne, car une véranda subit de nombreux chocs thermiques. La structure risquerait alors des dommages irréparables !

Les bois recommandés par les professionnels sont les bois exotiques (comme le teck, le bangkiraï…), imputrescibles et durs, mais relativement chers, les bois traités par autoclave, plus économiques et le red cedar. Ce dernier, importé du Canada, est léger, ne se dilate pas (ou presque pas), est un très bon isolant et supporte parfaitement les lasures. Il reste l’essence de prédilection pour la construction des vérandas en bois.
Afin de les protéger du temps et des insectes (comme les termites par exemple), certaines vérandas en bois devront recevoir une ou plusieurs couches de lasure, tous les 3 ans environ.

Les vérandas mixtes :

Elles peuvent offrir un bon compromis pour profiter, à moindre coût de l’esthétisme du bois.

Les vérandas en fer forgé :

C’est le style le plus ancien, celui que l’on retrouve dans les constructions art déco par exemple. Très esthétique et hautement résistant, le fer forgé habille aussi bien les grands que les petits volumes.
Aujourd’hui, grâce à de nombreuses innovations, il peut être peint (à la peinture inaltérable) de n’importe quelle couleur ou presque. Attention toutefois, qui dit fer forgé, dit véranda haut de gamme, sur-mesure… et donc relativement chère !

2 – La véranda idéale

Pour ne pas dénoter, votre véranda doit épouser l’architecture et le style de votre maison. Vous éviterez ainsi tout déséquilibre. À partir de là , tout dépend de votre imagination ! En effet, aujourd’hui, une véranda peut parfaitement suivre les contours et les angles d’une habitation, être ronde, ovale, carrée…

Pensez également au sol ! Obligatoirement dur, il peut s’agir du sol d’une terrasse existante (en parfait état) ou une dalle de béton coulée pour cette occasion. Pour un plus grand confort, préférez des fondations avec une isolation thermique et une protection anti-humidité.

L’emplacement de votre véranda est aussi un élément important. Car, avec sa grande surface vitrée, elle capte la chaleur l’été et la fraîcheur l’hiver ! Voici quelques éléments pour vous aider à faire le bon choix :

  • Une situation sud-est vous permettra de profiter du soleil matinal et d’une atmosphère tempérée l’après-midi en été.
  • Une situation plein nord apportera une isolation à votre maison, mais vous n’aurez aucun ensoleillement.
  • Une situation plein sud ne sera envisageable que si votre véranda dispose d’une très bonne isolation.

Une bonne isolation :

Dans tous les cas, l’isolation est primordiale ! Évitez le vitrage simple qui laissera passer les rayons du soleil. Le double vitrage, s’il est plus performant, est aussi plus lourd ! En conséquence, votre véranda devra avoir de nombreux profils porteurs pour soutenir le poids du double vitrage. Conséquences : une esthétique qui peut en souffrir et un prix qui grimpe !

Autre solution (surtout si votre véranda est orientée plein sud, ou si vous habitez dans une région chaude), la pose d’une toiture traitée contre les rayonnements du soleil. Inconvénient : la lumière se diffuse moins bien dans les autres pièces.

Restent les stores ! Installés à l’extérieur de la véranda, ils peuvent être en toile (étudié spécialement pour lutter contre le rayonnement du soleil) ou en PVC (volets roulants). Ce type de store ne s’adapte que sur les faces carrées ou rectangulaires de la véranda. Pour les autres, pensez aux stores d’intérieurs munis d’une face réfléchissante qui renvoie le rayonnement solaire sans l’absorber.

Une bonne ventilation :

Pour éviter les phénomènes de condensation et profiter d’un air sain, votre véranda doit disposer d’un système d’aération véritablement efficace : grilles d’aération, installation de portes, de fenêtres… (pour procéder à une ventilation mécanique), ou encore mise en place d’un extracteur voire même d’un déshumidificateur d’air dans le cas où votre véranda abrite une salle de bains.

Une bonne température :

Ici, tout dépend de l’usage que vous souhaitez faire de votre véranda. Si vous concevez votre véranda comme un salon, un système de chauffage indépendant sera nécessaire. Pensez alors à intégrer dans vos plans les tuyaux, les radiateurs… Si au contraire, vous considérez votre véranda comme un espace supplémentaire, une ouverture sur votre jardin, vous pouvez vous passer de chauffage. Vous en profiterez alors l’hiver, dès qu’il y aura du soleil et éviterez de vous y installer, en été, les jours de forte chaleur et les matins et soirs d’hiver.

Bien entendu, tous ces conseils sont à prendre en compte en fonction de la région dans laquelle vous habitez. Une véranda située à Nice, n’aura pas les mêmes caractéristiques, ni les mêmes besoins qu’une véranda construite en Ile-de-France.

3 - Les règles à respecter

Comme toute construction, l’élaboration d’une véranda obéit à certaines règles ! En général, en dessous de 20 m², vous devez déposer une déclaration de travaux en mairie. Au-dessus de 20 m², le permis de construire est obligatoire ! Pour être totalement sûr et éviter les mauvaises surprises, renseignez-vous au préalable, auprès de votre commune (Mairie,…).

Sachez également que de nombreuses entreprises spécialisées dans la construction de vérandas, peuvent prendre à leur compte ces formalités ; n’hésitez pas à leur demander.

Dans tous les cas, la construction de votre véranda doit être signalée à votre compagnie d’assurance.

4 - Les prix

Concernant les vérandas, les prix varient en fonction de la superficie et des matériaux choisis.

Pour une véranda de base, c’est-à-dire en PVC, comptez de 8 000 à 15 000 €, pose comprise. Pour une véranda conçue comme une pièce à vivre (isolation, chauffage, ventilation…) autour de 30 000 €.

De manière générale, le PVC, matériau bon marché, reste moins onéreux que l’aluminium (20 % à 40 % plus cher). Le bois et le fer forgé tiennent le haut du pavé. Pour ce dernier, prévoyez un budget de 2 000 € le m² !

ATTENTION ! Tous ces prix vous sont donnés à titre indicatif.

  Date de mise à jour du dossier le 01/08/2006.

Imprimer ce dossier | Haut de page.

fermer